Lettre ouverte aux candidats à l'élection présidentielle 2017

Notre association fédère sous l'angle international de nombreuses collectivités, établissements
publics, associations et personnalités qualifiées, tous mobilisés en faveur de la promotion du
transport fluvial et du développement de ses infrastructures'. Dans ce contexte, elle oeuvre plus
particulièrement en faveur de l'interconnexion des bassins rhénan et rhodanien par la réalisation
d'une liaison fluviale performante entre la Saône et le Rhin.

A cet égard, nous souhaiterions attirer votre attention sur l'enjeu majeur, pour la France, de mieux valoriser, dans le cadre notamment de la prochaine mandature présidentielle, les atouts intrinsèques du transport fluvial au sein des chaines logistiques multimodales. Ceci, afin de renforcer la performance globale de notre système de transport et par répercussion, la compétitivité de nos entreprises et le développement de l'emploi, dans un contexte de globalisation mondiale de l'économie et de désormais incontournables prises en compte du développement durable et de préservation des ressources énergétiques.

Lire la lettre

Réunion de restitution des études "Saône-Moselle, Saône-Rhin"

Des études techniques et socio-économiques relatives à cette liaison  avaient été engagées en 2011 dans la perspective d’un débat public, à la préparation duquel le Consortium avait été associé. Ce débat public ayant été ajourné, ces études n’ont pas été menées à terme, mais il semblait légitime qu’un restitution, même parcellaire, en soit faite aux différents partenaires. Le Consortium s’était par ailleurs à plusieurs reprises fortement mobilisé en faveur de cette exercice de restitution, finalement assuré par VNF sous l’égide du préfet coordinateur du Grand EST, le 8 mars dernier au Sénat. Les perspectives de trafic « fluvialisables »  présentées à cette occasion s’avèrent particulièrement prometteuses pour la branche Saône-Rhin du projet « Saône-Moselle, Saône-Rhin », en fonction de scenarii plus ou moins optimistes entre 2030 et 2050. VNF a mis en exergue une réalisation complète, mais par étapes du projet, pouvant se traduire par une première phase d’aménagement de la Saône-amont entre Pagny (à l’extrémité Nord du grand gabarit rhodanien) et Port sur Saône, en face de Vesoul. La valorisation de l’intermodalité entre le fluvial et le ferroviaire, mise en avant par VNF même,  devrait par ailleurs permettre d’acheminer et d’ancrer des trafics massifiés sur cet axe, dans la perspective à terme d’une liaison fluviale interbassins du Rhône et du Rhin. Dans son intervention, Françoise BRANGET, nouvelle présidente du Consortium, a salué la restitution desdites études tout en plaidant pour leur aboutissement final. L’enjeu à ses yeux serait, dans cette perspective, de mieux tenir compte des filières pourvoyeuses de trafic potentiellement fluvialisable, notamment  les grands centres de production industrielle d’Alstom et de General Electric du Nord de la Franche-Comté, fort demandeurs de solutions logistiques plus performantes, notamment pour les colis lourds. L'avenir reste à écrire...

Françoise BRANGET élue à la Présidence du Consortium

Réuni à Mulhouse, le Conseil d’administration a porté à sa présidence Françoise BRANGET.

Elle remplace désormais Philippe Richert, démissionnaire. Le Conseil a par ailleurs relevé avec satisfaction l’annonce de la restitution imminente, en principe en mars prochain, des études relatives au projet fluvial « Saône-Moselle, Saône-Rhin », maintes fois demandée par l’association. Il a par ailleurs arrêté une nouvelle stratégie qui accentue son ouverture à l’intermodalité, articulée sur le fluvial, et à la promotion de la desserte trimodale des plates-formes portuaires de l’axe Rhin-Supérieur-Rhône, tout en garantissant les « priorités et quintessence fluviales de l’association ». Celles-ci concernent à la fois diverses actions en faveur de la voie d’eau et le renforcement du lobbying en faveur du projet « Saône-Moselle, Saône-Rhin », face aux nouvelles échéances électorales en 2017 et à l’annonce de la révision des priorités françaises en matière d’infrastructures de transport en 2018. Plus de précisions dans le communiqué de presse, ci-après, corrélatif à cette réunion.  

Communiqué de presse

Pression maximale pour le rendu des études relatives à la liaison Saône-Moselle- Saône-Rhin.

 Dans un courrier en date de ce jour, Françoise-Branget, Présidente-déléguée de l'association, interpelle le Préfet coordinateur des études en vue de l'obtention des conclusions des études qui avait été réalisées sur le projet de liaison fluviale Saône-Moselle.Saône-Rhin.

Le Consortium apporte ainsi sa contribution à la mobilisation d'autres acteurs en ce sens. Ces études, lancées en 2011, devaient notamment permettre d'apprécier les retombées socio-économiques du projet, en terme par exemple potentialités de trafics massifiés, sur le corridor reliant le Rhin Supérieur à la Méditerranée, éligibles à une liaison fluviale. Maintes fois annoncé, le rendu de ces études ne s'est jamais concrétisé à ce jour.

Le Préfet coordinateur, Préfet de la région Grand EST, a toutefois laissé entendre qu'il serait effectif avant la fin de l'année 2016. C'est pour assurer enfin le respect de cet échéancier que le Bureau du Consortium, réuni le 13 juillet dernier, a estimé opportun d'interpeller à la rentrée le Préfet, par le biais d'un courrier dont vous pouvez prendre connaissance ci-après. Nous vous tiendrons informés des suites de cette action.

Lettre au Préfet

Entretien avec Catherine Trautmann, Présidente du Port autonome de Strasbourg

Le 1er Juillet dernier Françoise Branget a rencontré, accompagnée de Jean-Michel Zorn, Catherine Trautmann, Présidente du Port Autonome de Strasbourg et Coordonnatrice européenne du Corridor « Mer du Nord- Mer Noire », et Jean-Louis Jérôme, Directeur Général du Port.

Cet échange a été l’occasion pour Françoise Branget d’informer Madame Trautmann de la non prise en compte par VNF, dans le cadre des études engagées sur le développement des trafics sur l’axe Mer du Nord- Méditerranée, du potentiel d’une liaison fluviale entre le Rhin et la Saône, du fait qu’il s’agit d’un projet à l’horizon 2050, alors que les études en cours portent sur l’horizon 2030.

Cette position de VNF est d’autant plus surprenante que ces études sont cofinancées par l’Europe, qui a bien maintenu cette liaison fluviale comme prioritaire dans ses prévisions à l’échéance de 2030 ! Madame Trautmann a brossé ensuite un tableau des travaux et réflexions engagées au niveau de la Commission Européenne en faveur des liaisons Nord-Sud et Est-Ouest et du développement de l’intermodalité. Elle informe ses interlocuteurs de l’existence d’un « Groupe de Soutien des Corridors » au Parlement Européen. Dans ce cadre, une révision des différents Plans de Travail étant prévue en 2017, il serait souhaitable que le Consortium intègre le Forum « Mer du Nord –Méditerranée » comme force de proposition. Madame Trautmann interviendra dans ce sens auprès de Monsieur Reuters, coordonnateur des Corridors à Bruxelles. L’entretien s’est poursuivi par un large tour d’horizon consacré à l’actualité des transports, notamment suite à la publication la veille par le Commission européenne de la liste des projets proposés pour des financements dans le cadre de l’interconnexion des Bassins et parmi lesquels figure la liaison Seine-Nord-Europe»