cialis sans ordonnance

Rencontre au port de Pagny avec l'association Promofluvia

Une réunion commune des Bureaux du Consortium et de Promofluvia s'est tenue le 6 novembre 2014 au port de Pagny. C'est Jacques Chossat de Montburon, maire de Pagny Le Chateau, que l'on aperçoit à la droite de Françoise Branget, Présidente-Déléguée du Consortium et de Jean-François Gros, président de Promofluvia, qui reçut avec moult convivialité la délégation des deux associations et la conduisit sur le site d'un port très dynamique.. Au débouché septentrional de l'axe Rhône-Saône à grand gabarit, affichant quelque 400 000 tonnes de trafic par an, le Port de Pagny présente de forts potentiels de développement, qui pourraient se voir optimisés par la réalisation de l'interconnexion à grand gabarit des bassins du Rhône et du Rhin. Cet objectif ultime est partagé par les deux associations, qui au cours d'intenses et fructueux échanges, ont pu révéler une vision et une ambition communes pour ce qui concerne l'avenir et la promotion de la voie d'eau dans notre pays et la réalisation d'infrastructures indispensables à son développement. Cette rencontre a également permis de tracer des perspectives d'actions combinées en faveur de l'accomplissement des objectifs de deux associations. Vous trouverez plus d'infos et de photos retraçant cette rencontre dans l'espace membre.  

 

Vibrant plaidoyer de Daniel Hoeffel en faveur du projet Rhin-Rhône lors de l’assemblée générale de Saône-Rhin-Europe à Besançon

http://www.rmtmo.eu/fr/region-metropolitaine/actualites/news-reader/items/id-30eme-pleniere-du-conseil-rhenan-30112012-liestal.html Invité d’honneur de l’AG de l’association « Saône-Rhin-Europe », l’ancien ministre à l’aménagement du territoire avait, en 1995, fait inscrire le projet fluvial Saône-Rhin dans un texte de loi assurant son financement exhaustif par EDF. L’ancien ministre a encouragé les membres de l’association à garder leur foi en faveur d’un projet qu’il qualifie « non pas de nostalgique, mais d’avenir », pour lequel il importe que la flamme soit préservée.. Pour Daniel Hoeffel qui a conservé toute sa pugnacité, le projet Saône-Rhin s’inscrit toujours pleinement dans une dimension intrinsèquement européenne et répond au souci de préservation de l’environnement et de valorisation du développement durable. Il fustigea au passage le fait qu’un tel projet de longue haleine, qui a gardé toute son opportunité et son actualité, puisse être remis en cause à chaque changement de majorité. Saluant l’engagement et la combattivité de Pascal Viret, Président de Saône-Rhin Europe, Daniel Hoeffel a vivement encouragé les membres de l’association à poursuivre leur action, à rester solidaire, et à persévérer dans la promotion d’un projet majeur pour l’avenir de la Franche-Comté, l’Alsace et au-delà l’ensemble de l’espace européen. Inutile de préciser qu’il a été copieusement applaudi.

Philippe Richert sensibilise VNF aux impacts négatifs d'une nouvelle fermeture de l'ascenseur à bateaux d'Arzviller

Dans un courrier adressé le 23 septembre au Directeur général de Voies Navigables de France, Philippe Richert, Président du Consortium, sensibilise VNF aux impacts négatifs pour l'activité fluviale (notamment touristique) d'une  fermeture réitérée de l'ascenseur à bateaux d'Arzviller, en Alsace, faisant suite à un nouvel incident technique.. Cette nouvelle panne, après une fermeture de près d'une année met également en exergue la nécessité impérieuse d'assure une meilleure maintenance préventive des installations, estime le Consortium. Vous pouvez prende connaissance de ce courrier en cliquant sur le lien suivant  

Lire le document

Etude Corridor Mer du Nord/Méditérranée : le Consortium demande la prise en compte effective du projet fluvial Saône-Moselle, Saône-Rhin

Le Consortium demande la prise en compte effective de la liaison fluviale "Saône-Moselle, Saône-Rhin" dans l'étude pilotée par Voies Navigables de France (VNF) sur le Corridor européen Mer du Nord-Méditerranée, ainsi que le rendu à l'automne des études d'ores et déjà menées sur ce projet entre 2011 et 2013...

Dans un courrier formulé à l'issue de la réunion de son Bureau le 5 septembre 2014, le Consortium interpelle VNF quant à la méthodologie retenue pour l'instruction de l'étude engagée depuis juin sur le Corridor européen reliant la Mer du Nord à la Méditerranée, étude pilotée par VNF en liaison avec Réseau Ferrée de France.

 Cette étude a pour objectif d'optimiser le fonctionnement des chaines logistiques au sein de cet axe stratégique d'échanges transeuropéens, de promouvoir des combinaisons intermodales compétitives entre le fer et la voie d'eau, et de favoriser un transfert de trafics de la route vers les modes ferroviaires et fluviaux. Elle ambitionne également de déterminer les investissements en infrastructures et équipements de transports nécessaires, à cette fin, d'ici 2030.

VNF exclut  arbitrairement le projet fluvial "Saône-Moselle, Saône-Rhin" du champs de l'étude. Or, cette échéance de 2030 est précisément celle revendiquée par l'Union Européenne pour la réalisation du projet fluvial " Saône-Moselle, Saône-Rhin", un projet qu'elle a inscrit au coeur de son "Réseau Transeuropéen Transport", au sein duquel figure les priorités de l'Europe en matière d'infrastructures de transport (en fait les projets à réaliser d'ici2030).  Etant donné que l'Union Européenne finance tout de même 50 % du montant de cette étude, il s'avère plus que légitime que celle-ci tienne compte de la vision européenne en terme d'aménagement à l'horzon 2030 du Corridor Mer du nord Méditérranée et intègre parmi ses options d'analyse le projet fluvial "Saône-moselle, Saône-Rhin".  C'est ce qu'à fait valoir le Consortium dans un courrier adressé le 5 septembre à VNF et dont vous pouvez prendre connaissance ci-après.

lire le courrier

 

Front uni du Consortium avec l'association "Seine-Moselle-Rhône" pour la restitution des études relatives au projet "Saône-Moselle, Saône-Rhin"

Dans un courrier adressé ce jour au Directeur général de VNF, les présidents des deux associations, Philippe Richert et André Rossinot, expriment leur volonté d’être étroitement associées au rendu des études menées sur la liaison « Saône-Moselle, Saône-Rhin ». Ces études, débutées en 2011, avaient été ajournées en 2013, dans le cadre des travaux de la « Commission Mobilité 21 ». Cette dernière repoussant le projet « au –delà de 2050 », l’Etat décida de ne pas achever les études en cours.. L’engagement de restitution des études par VNF porte donc sur leur avancement partiel. Elles pourront toutefois être exploitées dans le cadre de la nouvelle étude portant sur le Corridor Mer du Nord-Méditerranée. Les deux associations qui traduisent de la sorte leur rapprochement et leur volonté d’œuvrer de façon conjointe pour l’accomplissement de leur objectif commun de voir réaliser le projet « Saône-Moselle, Saône-Rhin » en 2030, souhaitent repositionner le projet dans une réelle nouvelle dynamique. Vous pouvez prendre ci-après connaissance de ce courrier qui fera date dans l’histoire des deux associations.  

Lire le courrier