Objectif 2030 pour « Saône-Moselle, Saône-Rhin »

Dans la perspective de la prochaine assemblée générale qui se déroulera sous la présidence de Philippe RICHERT le 30 juin prochain (15 h) au Conseil régional d’Alsace, Françoise Branget, Présidente-déléguée, a développé les objectifs et les grands principes d’action du Consortium pour les mois à venir, dans le cadre d’une interview au magazine NPI.. Ces orientations seront soumises à débat lors de l’AG, mais d’ores et déjà se profilent la poursuite de la mobilisation en faveur d’une meilleure prise en compte du fluvial dans les politiques publiques, l’engagement pour la réduction du délai de réalisation du projet « Saône-Moselle, Saône-Rhin » et à cette fin la valorisation de synergies avec d’autres associations qui œuvrent en ce sens. Découvrez le détail des déclarations de Françoise Branget dans l’article de NPI édition de mai 2014.

 

Lire l'article

 

Source: www.n-pi.fr

Assemblée générale du Consortium au Conseil régional d'Alsace

Le Consortium a tenu son assemblé générale 2013 à Strasbourg, en présence d'une quarantaine de participants. A cette occasion, son Président Philippe Richert, a déclaré prendre acte du rapport publié en 2013 par la Commission mobilité 21. Cette dernière, sur commande du Gouvernement, a apprécié l'opportunité des projets d'infrastructures de transport français et les a hiérarchisés.. Dans ce contexte, la Commission a certes confirmé l'intérêt du projet fluvial "Saône-Moselle, Saône-Rhin", mais a nonobstant proposé de le repousser au-delà de... 2050 ! Philippe Richert ne se satisfait pas de cette perspective,  loin s'en faut. Il est nécessaire selon lui que le pays continue à s’équiper en infrastructures structurantes, notamment dans le couloir reliant les vallées du Rhin et du Rhône, corridor naturel d’échanges transeuropéens. Il plaide également en faveur d’une meilleure prise en compte globale de la voie d’eau dans les politiques de transport, eu égard aux principaux enjeux liés à ce mode de transport : respect du développement durable et alternative au transport routier, notamment sur l’axe Rhin-Rhône. Il a souligné l’intérêt manifeste témoigné par l’Union Européenne au projet « Saône-Moselle, Saône-Rhin » et l’opportunité de valoriser cet engagement européen. Il a déclaré de ce fait souhaiter "maintenir la pression" pour que ce projet continue à progresser et se réalise non en 2050, mais à une échéance proche de 2030, conformément à la volonté affichée à son égard par l'Union Européenne. Cette dernière a en effet inscrit le projet "Saône-Moselle, Saône-Rhin" dans son "réseau central", où figurent les projets qu'elle souhaite voir réalisés en 2030 au plus tard. Dans cette perspective, Philippe Richert a revendiqué tout particulièrement la poursuite des études en cours, suspendues en 2013 dans le cadre des travaux de la Commission mobilité 21. En conclusion, il a enfin lancé un appel  à une mobilisation en ce sens des acteurs concernés, tout particulièrement dans l’Est de la France et dans le bassin rhénan transfrontalier. Françoise Branget, Présidente-Déléguée, a quant à elle abondé en ce sens et insisté sur le nécessaire consensus, dans le contexte actuel, des promoteurs de la voie d’eau et tout particulièrement du projet « Saône-Moselle, Saône-Rhin ».

Une motion a été adoptée à l’unanimité à l'issue de cette assemblée générale et présentée lors de la conférence de presse conduite par Philippe Richert et Françoise Branget.

motion AG 05.12.2013.

 

communiqué de presse - 05.12.2013.

 

Tous les éléments relatifs à cette assemblée générale figurent dans "l'espace membre", réservé aux adhérents de l'association. Vous y trouverez également un florilège de photos prises lors de la visite du Port de Strasbourg, moment privilégié et convivial d'échanges entre les membres de l'association et leurs invités. Cette visite s'est déroulée sous la conduite et les commentaires avisés de M Dieudonné, Directeur Délégué du Port autonome.

Participation du Consortium à l'AG de l'association Saône-Rhin Europe

Le Consortium a participé à l'assemblée générale de l'association "Saône-Rhin Europe". Dans son intervention, Françoise BRANGET, Présidente-Déléguée, a relevé tout d'abord avec satisfaction que le projet "Saône-Moselle, Saône-Rhin" reste bel et bien inscrit dans les schémas directeurs d'infrastructures de transport, tant au niveau européen que français.. Toutefois, Françoise Branget a estimé que l'échéance proposée par le rapport de la Commission 21 : "au delà de 2050" s'avère difficilement acceptable, alors même que l'Union Européenne qui a confirmé ce projet dans ses priorités, revendique sa réalisation avant 2030. Le défi consiste donc pour les promoteurs de cette liaison fluviale de faire en sorte que l'échéance affichée par l'Union européenne (2030) concorde avec celle de la France. Plus globalement, Françoise Branget s'est lancée dans un vibrant plaidoyer en faveur du transport fluvial, "voies de communications par excellence depuis la nuit des temps" (pour reprendre sa formule), qui dévelopèrent un caractère particulièrement précieux lorsque les autres modes furent inopérants, en raison d'aléas climatiques ou humains. Françoise Branget a également invité les collectivités publiques à mieux intégrer la dimension fret, notamment fluviale, dans leur stratégie. En marge de cette assemblée générale à laquelle participèrent une quarantaine de personnes, l'échange fut très cordial, volontaire et mobilisateur entre la Présidente-Déléguée et Pascal Viret, Président de l'association Saône-Rhin Europe.

Rencontre avec Henry Uhring, Président de l'Union Européenne des CCI

Echange stratégique avec Henry Uhring, Président de l'Union Européenne des CCI.

 

En marge de la réunion de Bureau de ce jour, Françoise Branget, Présidente-Déléguée, s'est entretenue avec Henry Uhring, Président de l'UECC (Union Européenne des CCI). Cette association internationale de plus de 50 chambres de commerces inscrites (pour la plupart d'entre-elles) sur les grands fleuves européens structutants (Rhin, Rhône et Danube) a pour vocation d'exprimer les positions de ses membres (et de près de 2 millions d'entreprises) sur les questions relatives aux transports et communications. L'UECC s'est maintes fois manifestée, par des courriers et des résolutions, en faveur du projet fluvial Saône-Rhin. Tout récemment encore, l'UECC a saisi le Ministère des transports français et de la Commission "mobilité 21" pour solliciter l'achèvement des études en cours et la confirmation du Débat Public "Saône-Moselle, Saône-Rhin". Dans le cadre de la préparation de ce Débat public, l'UECC avait  par ailleurs pris position en faveur de la prise en compte, dans le périmètre des études, du tracé historique via la vallée du Doubs.

A l'issue d'intenses discussions portant sur l'actualité générale des transports et plus particulièrement sur celle du projet Saône-Rhin, l'UECC et le Consortium ont décidé de renforcer leur rapprochement. Les deux associations ont également convenu de mutualiser certaines actions d'influence, en faveur de l'accomplissement de leurs objectifs convergents, notamment pour ce qui concerne la promotion du transport fluvial et du projet Saône-Rhin.  

Réaction du Consortium à la publication du rapport "Mobilité 21"

Réaction du Consortium à la publication du rapport de la Commission "Mobilité 21" qui repousse le projet Saône-Moselle, Saône-Rhin, au delà de 2050.

Le Consortium prend acte du rapport rendu public hier par la Commission "Mobilité 21". Celui-ci confirme bel et bien l'opportunité  de réaliser le projet "Saône-Moselle, Saône-Rhin", confirmation à laquelle le Consortium a pu fortement contribuer de  par ses différentes interventions auprès de la Commission.

Dans son rapport, la Commission "Mobilité 21" précise à cet égard que (sic) : "le projet Saône-Moselle, Saône-Rhin" consiste à créer une liaison fluviale à grand gabarit entre la Méditerranée et l'Europe du Nord et Centrale, par un canal entre la Saône et la Moselle, d'une part, et la Saône et le Rhin, d'autre part. Le linéaire concerné représente environ 350 km. L'enjeu de la liaison SMSR est de relier aux principaux réseaux fluvial et maritime européens les ports maritimes et le réseau fluvial à grand gabarit de l'Est de la France, grâce à une route fluviale Sud-Nord entre Marseille et Amsterdam. Le projet est aujourd'hui mentionné dans le Réseau trans Européen de Transports (RTE-T) au sein du réseau central européen. il participe au développement d'une offre multimodale au sein du projet de corridor multimodal européen Nord-Sud n°9 Amsterdam-Marseille, qui concerne majoritairement les réseaux de transport français.

Aujourd'hui, le projet SMSR s'inscrit clairement dans une logique de réalisation de long à très long terme. En conséquence, la commission classe le projet dans les projets à horizons plus lointains quel que soit le sénario  financier considéré".

Commentaire : s'il salue la confirmation par la Commission "Mobilité 21" de l'opportunité du projet fluvial "Saône-Moselle, Saône-Rhin",  le Consortium ne peut se satisfaire de la perspective d'un report de ce projet au-delà de 2050. Il souligne que cette position est en contradiction totale avec les recommandations de l'Union Européenne qui dans la révision de son Réseau Trans Européen "Transport", demande sa réalisation pour 2030 au plus tard. Rappelons au passage que l'Union Europénne conditionne par ailleurs sa participation financière à l'investissement au respect de cette échéance de réalisation.

Le Consortium s'interroge par ailleurs sur les études en cours, à finaliser et sur la tenue effective  du Débat public qui était annoncé pour 2013.

Le Consortium rappelle que ce rapport d'experts a, à ce stade, pour vocation unique d'éclairer les décisions et arbitrages politiques qui vont suivre et  qui doivent bien natuellement considérer d'autres paramètres, tels que les orientations européennes en la matière. Il mobilisera tous ses moyens et relais pour que l'échéance de réalisation du projet soit finalement conforme au souhait de l'Union Européenne, soit 2030 au plus tard.

Le Consortium a adopté, à l'unanimité, une résolution qui développe et précise sa position, à l'issue de son Conseil d'aministration du 04 juillet 2013.

Le texte intégral de la résolution figure dans son intégralité sur la page "communication". Vous pouvez également en prendre connaissance en cliquant sur le document ci-dessous :